Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mois pour un tour du monde

Nous sommes rentrés et nous n'avons qu'une seule chose à vous dire: prenez le temps, laissez tout derrière vous, et PARTEZ ! Vous ne le regretterez jamais, c'est une expérience inoubliable et irremplacable !

TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven

Notre troisième destination dans ce tour du monde est le Laos, à l'est de la Thaïlande. Pas très peuplé (7 mio d'habitants) il est pourtant reconnu comme destination touristique à part entière. Tant les locaux que les grands groupes l'ont bien compris. D'ailleurs les slogans à l'aéroport de Vientiane donnent le ton presque plus qu'ailleurs: ici, le tourisme, on connaît et ces petits cocos vont consommer. Toutes les techniques de base sont donc utilisées: mots clefs rassurants, marques connues mises en avant (on a même vu une guesthouse attirer un groupe de fille devenues hystériques devant une bête pancarte "We have Nutella"), le Coca-Cola et les eaux installés au fin fond des shops nous obligeant à tout traverser pour les prendre...etc...

Le pays, bien que traversé et bordé par le Mekong, n'a aucun accès à la mer, ce qui ne lui aurait apparemment pas permis de tenir le rythme de développement par rapport à ses voisins et le Routard prévient que revenu moyen se situe aux alentours de 3$ par jour.

Alors lorsque le chauffeur de taxi nous a demandé 7$ pour rallier le centre, situé à même pas 3km, on a dit non merci, partagé un trajet avec un Irlandais jusqu'à son hôtel et continué à pied jusqu'au centre, nos gros sacs sur le dos, sous le regard incrédule des locaux.

Notre vol (on remercie une fois encore la Thai pour le super repas) avait atterri à 14h et durant notre petite marche sous le soleil, nous avons décidé de quitter rapidement la capitale en profitant des bus couchettes pour attaquer le sud dès le lendemain matin.

TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven

La première guesthouse rencontrée nous permet de réserver nos billets et on se fait évidemment avoir sur le prix (on ne s'en rendra compte que 3 jours plus tard ce qui nous frustra un peu moins).

Le pick-up devant nous récupérer à 19h30 seulement, cela nous a laissé le temps de faire un tour dans le centre de la ville, de manger un incroyable bento dans un restaurant lao-japonais, de profiter d'un premier coucher de soleil sur le Mekong (à 18h30 !) et à 20h nous étions à la gare routière sud, ou chaque touriste se retrouve face à lui-même et doit retrouver seul le bus correspondant à sa destination.

Autant vous dire que certains doivent parfois avoir des blagues.

Cette descente vers le sud fut une sorte de revival du trajet de nuit effectuée en Thailande lors de notre étape Bangkok - Surat Thani: une couchette, une langue qu'on ne maîtrise et ne comprend pas, des locaux plutôt couche-tôt et des touristes plutôt angoissés.

De fait, dès le premier virage hors de la gare routière, notre bus semble faire un étrange bruit au niveau de l'essieu arrière.

Personne n'a pourtant l'air de s'en soucier et on continue gaiement notre route.

Sauf qu'à 1h du matin, il s'arrête, le chauffeur rallume toutes les lumières et hurle un truc qu'on ne comprend évidemment pas.

Un regard dehors nous apprend qu'on est en pleine cambrousse... plutôt en pleines rizières...

Une seconde fois nous sommes sommés (dans une sorte d'anglotien donc on a mis un peu de temps à capter quand même) de sortir pour remonter dans un autre bus, plus petit, et encore plus froid.

Malgré ce réveil un brusque, notre premier réflexe est de nous assurer que nos sacs sont bien transférés et quelques autres voyageurs nous donnent un coup de main pour déplacer l'ensemble de ceux-ci d'un bus à l'autre sous le regard des chauffeurs, moitié amusés, moitié déçus.

Vers 2h on se remet en route, tout en nous endormant tranquillement.

La suite du trajet fut bonne, pour ne pas dire reposante, sauf qu'avec le changement nous avions visiblement perdu pas mal de temps et notre arrivée à Pakse fut retardée de quelques heures.

Pour nous qui logions dans la ville cela ne changeait rien mais pour ceux qui avaient pris un ticket combo bus-navette-bateau pour les 4000 îles, ce fut problématique puisqu'ils avaient du coup raté la correspondance.

Après avoir posé nos affaires dans une chambre partagée avec une hollandaise, nous nous sommes mis en route pour louer la petite 125cc qui allait nous permettre de faire la boucle du plateau des Boloven.

Vers 18h tout était réglé pour le lendemain matin, nous avons visité le centre de la ville (plutôt moche), testé la streetfood locale (1,7€ la soupe de nouilles au poulet...), uploadé l'épisode 4 et la journée était déjà finie...

TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven

Une boucle dans les Boloven

Il faut croire que le rythme adopté ces dernières semaines ne nous quittera plus avant quelques temps car à 7h30 nous étions prêts pour un petit déjeuner devant nous caler jusqu'à midi et à 8h30 nous nous mettions en route, suivis d'Ilse, notre hollandaise, sur son scooter rose.

Pour faire la boucle plusieurs itinéraires sont possibles mais il s'agit souvent plus de chosir le nombre de jours qu'on souhaite y dédier plutôt que du tracé: il n'y a en fait qu'une seule route, prolongeable à coup de tronçons.

Dans notre cas, avec 15 jours dans ce pays, on ne pouvait malheureusement pas faire les cowboys et notre périple durerait 2 jours, nous permettant tout de même de voir l'essentiel de la zone: cascades, plantations de café, paysages et la traversée à proprement parler du plateau, situé à 1200 mètres d'altitude.

La première journée nous amène, après 45km de piste en bon état, dans une petite réserve ou un village traditionnel a été préservé / reconstitué, le long d'une première cascade.

On en fait le tour et on se remet en route pour rejoindre notre destination finale, une cascade nommée Tad Lo.

L'endroit est absolument unique, face au gigantesque mur d'eau déjà impressionnant en cette saison sèche, on s'imagine aisément quel serait le spectacle si nous étions en pleine saison des pluies.

Nous arrivons au bon moment car le serveur du bar nous explique que le débit peut varier selon les besoins, il y a une sorte de de réserve en amont qui sert également de générateur. Notre bungalow est simple et peu cher, situé sur les hauteurs. On s'installe en vitesse afin d'aller faire un plongeon dans l'eau au dessus de la cascade.

La soirée se déroule sous les gigantesques arbres entre lesquels a été posé une vaste terrasse appartenant à l'hôtel qui loue les bungalows. De la Beerlao, des nouilles, des laotiens qui chantent (je ne sais pas qui leur a appris l'existence du karaoké mais c'était une TRÈS mauvaises idée !).

La seule ombre à la soirée: en voulant traverser la rivière afin de réserver un tour à dos d'éléphant pour le lendemain, nous avons à 3 reprises fait de vilaines chutes sur les rochers glissants, engendrant un énorme hématome au tibia ainsi qu'un grosse chute sur le coccys pour Cyrielle et une autre grosse chute sur la hanche en ce qui me concerne. Ecloppés, ne pouvant rejoindre la rive opposée, on a perçu cela comme un signe et remis les éléphants à plus tard.

Le lendemain matin, pleins de courbatures mais avec un extraordinaire petit déjeuner dans le ventre (crêpes-bananes-caramel) et un premier vrai café Laotien, on roule vers ce fameux plateau, en pensant profiter de la fraîcheur matinale.

Comme vous le savez à présent, celui-ci est situé en altitude (800 à 1300 mètres).

Et qui dit altitude dit température en baisse. Nous roulions donc, sous le soleil mais avec une bonne chair de poule, entre les plantations de café, croisant les familles faisant sécher les précieuses baies sur des draps le long de la route.

La chance nous a mis sur le chemin de 3 gars occupés à effectuer le processus en entier et disposés à nous laisser prendre nos petites photos. Le dernier arrêt prévu sur cette boucle était une autre cascade ...

Du haut de ses 65 mètres, elle détient le titre de plus haute chute d'eau de la région et la rater aurait été une bien mauvaise idée.

Vers 15h Pakse est déjà en vue et par la même occasion la fin de cette première boucle laotienne.

Bien qu'elle n'ait duré que deux jours elle nous a emmené dans des endroits magnifiques et tous les 3 nous avons l'impression d'avoir passé une semaine ailleurs.

TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
TDM - épisode 8: Laos, Sleeping bus et Boloven
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article