Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mois pour un tour du monde

Nous sommes rentrés et nous n'avons qu'une seule chose à vous dire: prenez le temps, laissez tout derrière vous, et PARTEZ ! Vous ne le regretterez jamais, c'est une expérience inoubliable et irremplacable !

TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie

TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie

En préparant le voyage en Nouvelle Zélande, il était vite apparu que si nous voulions rester dans notre budget, quelques jours de travail ne seraient pas malvenu.

En recherchant sur le net, il y a une quantité invraisemblable de sites permettant d'échanger quelques heures de boulot contre le gîte et et couvert.

Forcément, notre idée première avait été de travailler dans un domaine viticole mais nous arrivions après les vendanges et aucune de celles que nous avons contacté n'avait du boulot à nous faire faire.

Dans la recherche nous étions tombés sur une ferme à Carterton ou la famille Probs annonçait produire du cidre et d'autres choses "foodies" comme du salami et du chutney. Ca nous bottait bien et après une quantité invraisemblable de mails échangés avec Laura, on avait fixé notre arrivée au 14 avril pour y passer 5-6 jours.

Le soir de notre arrivée à la gare, une petite femme quelque peu velue est arrivée dans un gros 4x4 et nous a ramené à sa ferme en nous parlant avec un accent spécial et en conduisant brusquement: pas de doutes, on avait quitté la ville.

Arrivés à la ferme, nous avons rencontré une autre "helper", une jeune française, étudiante en tourisme, qui avait passé un mois sur place mais qui quittait le lendemain. Elle nous a expliqué ce qu'elle avait fait, notamment du cidre et la tonte des moutons et ça avait l'air plutôt cool mais on ne comprenait pas pourquoi elle partait subitement dans une autre ferme.

TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie

JOUR 1

Après un rapide petit déjeuner (porridge et café) on vide le lave-vaisselle et on range la cuisine puis on commence la journée, sous la pluie, à nourrir les poules, on file dans le champs de navets afin de récolter 3 sacs pour nourrir les 6 cochons (dont 1 "domestique", Pepa, absolument terrifiante). Vers 10h, Laura part déposer la française à la gare et nous demande de retirer les mauvaises herbes du verger et de changer les moutons de champs (l'occasion de constater qu'ils laissent les moutons morts trainer dans les champs...(est-ce que quelqu'un aurait la gentillesse de m'envoyer le numero de l'AFSCA ? Merci).

A son retour tout était déjà fait et elle nous a demandé d'étaler des copeaux de bois au pied des arbres du verger puis de commencer à retirer les mauvaises herbes des plate-bandes de la maison.

Le soir, elle nous a annonce que, le lundi, ce sont les helpers qui préparent le repas, ce qu'on a fait, selon ses indications, tandis qu'elle hurle sur ses 2 garçons. Ashley et Baxter - 6 et 10 ans - sont plutôt gentils et portent de très longs cheveux blonds à la Hanson, assez étonnant...

Entre deux hurlements, elle nous signifie qu'on ne peut pas utiliser le lait pour le porridge car il n'en reste plus que 5 litres, qu'il faut en garder pour "le reste" et qu'elle ne fera pas les courses avant 2 jours. On devra faire notre porridge avec de l'eau et, éventuellement, ajouter un peu de lait après pour le goût.

Bon, OK.

Plutôt fatigués, on se glisse sous les couettes à 21h30 en rêvant de la production de cidre qui nous attend sûrement de pied ferme le lendemain.

JOUR 2

En arrivant dans la cuisine au matin c'est un porridge déjà fait, avec de l'eau, qui nous attend dans la casserole. En pyjama, depuis sa session facebook, Laura nous signifie qu'on peut nourrir les poules, chercher les navets, nourrir les cochons et puis continuer à faire les plates-bandes pour ensuite également les recouvrir de copeaux de bois.

A midi, on a tout terminé, on prépare des gnoccis frais pour le souper et on lui demande ce qu'on fait cet aprèm.

Elle nous répond qu'elle ne sait pas encore et sort voir le jardin avec nous.

Verdict: désherber un des pans du jardin et y étaler les copeaux.

Le soir, on prépare la bolo, on occupe les garçons en jouant au hockey avec eux et rebelote, on se couche à 21h, carrément épuisés de la journée.

Avant de s'endormir on fait quand même un tour sur le site où on revoit qu'il s'agit normalement de 3 à 4 heures de boulot par jour en échange du gîte et du couvert...on se dit que nos journées sont un peu plus longues que ça et que demain on demandera pour le cidre.

JOUR 3

Poules, porridge à l'eau, navets, réaménagement des clôtures électriques des champs pour les chevaux sous une drache impériale puis on finit quand même par demander si on va pouvoir faire autre chose que du jardinage, c'est à dire du cidre ou un des "foodies things" dont on avait parlé dans nos échanges.

Je vous passe les détails de la conversation embarrassante et un peu mesquine qui a suivi mais toujours est-il qu'on lui dit que si c'est pour faire du gardening, du babysitting, du housekeeping et du cooking for the whole familly, on ne restera probablement pas 6 jours. Laura quant à elle nous fait comprendre qu'elle ne compte pas faire ce qui a été discuté parce qu'elle ne programme pas vraiment, qu'elle prend des helpers pour avoir de la main d'œuvre gratuite "qui ne peut pas lui coûter de l'argent" et que si on veut partir plus tôt que prévu on peut faire nos sacs et elle nous dépose à la gare cet aprèm, car de toute façon elle a quelqu'un d'autre qui arrive le lendemain.

Vous vous doutez qu'on a pas discuté longtemps, nos sacs étaient déjà pratiquement faits et à midi, après 20 minutes des trajet encore plus mesquins que la conversation qui avait déclenché ce départ anticipé, on était à la petite gare, le ventre vide après la matinée de travail, sous la pluie, à attendre le train qui arrivait 3 heures plus tard.

Dans celui-ci un local qui est monté avec nous nous a demandé ce qu'on foutait là depuis si longtemps. Lorsqu'on a eu fini de raconter notre histoire, sans citer la famille, il nous a demandé si, par hasard, on était pas chez les Probs. Ayant répondu par l'affirmative, on a appris qu'il y en avait eu d'autres avant nous, ce qui nous a à la fois un peu consolé mais aussi frustré de ne pas avoir évité ça...

Toujours est-il qu'on était denouveau sur la route, on a donc vite retrouvé nos réflexes et après avoir attrapé le bateau en toute dernière minute, nous sommes arrivés à Picton, sur l'île du sud à 22h, on y a trouvé refuge dans une auberge surréaliste où on a passé une bonne nuit de sommeil qui nous a remis d'aplomb pour la suite...

TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
TDM épisode 15 - la désillusion de la cidrerie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article